Portraits sur tableaux




Je peins le portrait depuis l'âge de 21 ans, en tant qu'autodidacte, tout en suivant des cours du soir à l'académie de Boitsfort, à Bruxelles. Je complète mon expérience auprès de deux grands artistes : Anatoly Stolnikoff et Geronimo, alias Jumping Bull.

Après plusieurs styles, passant de la sanguine très classique, à l'aquarelle, ainsi qu'aux portraits en pieds à l'huile sur bois- j'ai enfin trouvé ce que je cherchais :
On m'a toujours reproché d'être trop dans les détails, de trop finir mes portraits, d'être trop classique, pire, d'être académique. Il se fait que c'est ma façon innée de peindre, de dessiner et après mûres réflexions, j'ai voulu trouver un style qui mettait en valeur ce qu'on me reprochait. Je désirais trouver de quoi être moderne, tout en gardant ce que j'ai toujours aimé chez les Primitifs Flamands, et encore plus précisément, les peintres de la Renaissance. C'est à dire le soin, le détail, mais pas le superflu. Je cherche à ne pas mettre ma personnalité dans le portrait, mais à refléter celle du modèle. Chez les peintres de la Renaissance, la technique est si pure, sans trucs ni astuces, que l'âme du modèle peut s'exprimer sans artifices. Je ne cherche qu'une chose : observer la réalité. J'essaye de faire de mes portraits une simple fenêtre qui s'ouvre sur le visage d'une personne, qui accepte qu'on la regarde longuement, laissant le spectateur sentir son âme et sa personnalité. Je refuse de mettre mon interprétation du modèle dans le tableau. Je ne désire que représenter le réel pour restituer mon modèle hors de tout contexte.

En mettant au point la technique des grands portraits, je me sens dans mon élément. Enfin, je suis satisfaite de la modernité de mes tableaux, tout en aillant gardé une finition discrète, sans que celle ci soit prise de lourdeur et de superflu. Ma technique à l'huile, que j'appelle "pixel", permet de voir le portrait de très loin, mais aussi de très près, sans que le tableau ne perde de sa force ni de sa simplicité. Bien que je sois contente des grands formats, je cherche encore à me dépasser, et j'espère le faire jusqu'à la fin de mes jours.

Actuellement, je parie sur l’idée que - comme des Rembrandt et autres portraitistes qui se font achetés par les plus grands collectionneurs, alors que ces portraits là représentent des êtres qui ont existé, qui plus est vous suivent du regard, et qu’ils n’ont aucun lien familiaux avec l’acheteur - mes portraits à moi, représentant des êtres qui sont vivants et regardent droit dans les yeux, peuvent créer un dialogue avec l’observateur au point d’être heureux de le continuer chez lui, après en avoir fait l’acquisition.

A notre époque des réseaux sociaux où tout le monde fini par avoir dans ces “amis”, des personnes qu’il n’aurait jamais connu en dehors de ces réseaux, comme Face Book par exemple, je crée donc des amitiés potentielles et concrètes, entre mes tableaux représentant de vraies personnes, et mes clients.

Lors des grands nettoyages, nommés "du printemps", je me libère de toutes mes études, ou tableaux expérimentales, qui encombrent l'espace de mon atelier, à la Librairie des Petits Riens, rue Américaine à 1050 Bruxelles. Contrairement à certaines oeuvres de charité s'adressant aux fortunés, je préfère que des moins fortunés puissent acheter quelques uns de mes tableaux, tout en aidant les merveilleux Petits Riens de Bruxelles.

Contact :
catherine.ailesse@gmail.com
LIEN : http://www.saatchionline.com/profiles/index/id/424301

Manet : "Je peins ce que je vois, et non ce qu'il plaît aux autres de voir"


Contacter l'annonceur

PROTECTAS SA

Rue de Genève 70
1004  Lausanne
www.protectas.com

Contacter l'annonceur






Autres annonces de ce prestataire

Portraits



Date de saisie:2017-06-07 13:31:48

Portraits sur tableaux



Date de saisie:2017-06-07 13:37:31


       

© Worldinz 2015