A un forum de haut niveau, l'ONU souligne l'importance de l'éducation dans la construction d'une culture de la paix

Des enfants qui ne vont pas l’école dans un village au Kenya. Photo OCHA/Rita Maingi

L'éducation peut promouvoir les idéaux de non-violence, d'égalité et de respect mutuel, ont déclaré jeudi des responsables des Nations Unies lors d'un forum de haut niveau sur la façon d'atteindre une culture de la paix face aux défis actuels et aux menaces qui pèsent sur la stabilité, la prospérité et la planète.

« Nous devons enseigner à nos enfants les valeurs de paix, de tolérance, d'égalité et de respect. Ils ne devraient pas se faire d'illusion sur le caractère suicidaire de l'alternative », a dit le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Peter Thomson, qui a organisé ce forum à New York avec un accent mis sur le développement de la petite enfance.

« Nous devons leur permettre d'acquérir les compétences et l'éducation dont ils ont besoin pour résoudre pacifiquement les différends, faire face à l'injustice et à l'intolérance, et rejeter toutes les formes de discrimination et de haine », a-t-il ajouté.

M. Thomson a noté que la création de sociétés pacifiques et justes dépend de l'élimination de la pauvreté, de l'accroissement de la prospérité inclusive, de la promotion des droits de l'homme, du renforcement de l'état de droit et de la création d'institutions efficaces et responsables.

L'événement a réuni des représentants des États membres des Nations Unies, des entités du système des Nations Unies, de la société civile, des médias, du secteur privé et d'autres personnes intéressées à échanger des idées et des suggestions sur les moyens de construire et promouvoir une culture de la paix.

Outre l'éducation de la petite enfance et les investissements dans les enfants, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a souligné la nécessité d'investir dans la jeunesse pour promouvoir la paix mondiale.

Il a estimé que les jeunes hommes et les jeunes femmes étaient « le baromètre du mécontentement social, de la marginalisation économique et de l'exclusion politique » et qu'ils devaient être reconnus comme des agents actifs du changement et des garants de la paix.

Dans un discours prononcé par sa Conseillère principale sur les questions politiques, Ana María Menéndez, le Secrétaire général a également reconnu les contributions et la participation des femmes aux efforts de paix à long terme. Il a déclaré qu'une participation significative des femmes génère une perspective différente dans la résolution des problèmes et doit être soutenue dans tous les aspects de la vie.

M. Guterres a également souligné l'importance d'investir dans l'inclusion et la cohésion, de sorte que la diversité soit considérée comme un avantage et non comme une menace.




       

© Worldinz 2015