Les parlementaires du Moyen-Orient proposent des solutions innovantes aux problèmes régionaux de gestion de l'eau

Les membres du Comité de l’Union interparlementaire sur les questions relatives au Moyen-Orient se sont réunis à Genève les 6 et 7 juillet afin de trouver des solutions innovantes aux problèmes régionaux de gestion de l’eau. ©UIP/Jorky

Les parlementaires du Moyen-Orient, y compris d'Israël et de Palestine, ont déclaré que l'accès à l'eau potable ne devait pas être une question politique, ni servir d'arme dans le cadre des conflits régionaux.

Lors d'une deuxième table ronde, organisée par le Comité de l'Union interparlementaire (UIP) sur les questions relatives au Moyen-Orient, des parlementaires d'Egypte, d'Israël, de Jordanie, du Maroc, de Palestine et des Emirats arabes unis se sont mis d'accord sur des mesures concrètes pour lutter contre la crise de l'eau qui menace d'aggraver davantage l'instabilité régionale.

Les domaines d'action définis comprennent : la cartographie des zones les plus menacées par la pénurie d'eau, la mise en place d'un réseau parlementaire régional pour la gouvernance de l'eau et l'appui aux parlementaires en vue de l'élaboration d'une législation équitable et durable sur la gestion de l'eau.

La table ronde, qui a eu lieu les 6 et 7 juillet, fait partie d'une série d'événements destinés à rassembler des parlementaires du Moyen-Orient avec des experts en gestion de l'eau pour contribuer à relever le défi énoncé dans l'Objectif de développement durable 6, qui appelle à une gestion durable des ressources en eau et de l'assainissement.

Des experts de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), de l'organisation WaterLex et du Centre international de rayonnement synchrotron pour les sciences expérimentales et appliquées au Moyen-Orient (SESAME, une organisation basée en Jordanie qui rassemble des scientifiques de l'ensemble de la région) ont travaillé avec les parlementaires pour identifier les solutions technologiques en matière de sécurité, de disponibilité, d'accessibilité et de coût de l'eau.

"Le Moyen-Orient est l'une des régions les plus exposées au stress hydrique dans le monde, ce qui représente un facteur déterminant pour les conflits locaux. Notre objectif est d'utiliser notre expertise commune en matière de technologie et d'élaboration de politiques pour aider à soulager une source majeure de tension et, nous l'espérons, créer un environnement où la consolidation de la paix puisse progresser", a déclaré Denise Pascal Allende, la présidente du comité.

Les résultats de cette deuxième table ronde seront présentés aux Membres de l'UIP à leur Assemblée d'octobre avec des mesures claires de mise en œuvre sur le terrain.

"Cette table ronde est l'effort le plus récent de l'UIP pour instaurer la confiance et transformer les éléments potentiellement source de conflit, ou qui peuvent l'exacerber, en facteurs de coexistence", a déclaré le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong. "Les discussions constructives non politiques entre les parlementaires et les experts qui ont eu lieu tout au long de cette réunion montrent qu'il est possible de trouver des solutions régionales aux problèmes régionaux, et surtout, qu'en réunissant des experts et des personnes de différentes origines pour étudier des questions dans l'optique neutre de la science, l'aspiration à la paix peut se transformer en réalité concrète."




       

© Worldinz 2015