Les femmes panafricaines au service du développement durable

Les femmes d’origine africaine ont apporté d’importantes contributions au mouvement œcuménique et au développement durable de leurs sociétés respectives. Pourtant, leurs histoires sont rarement relatées et leur potentiel reste peu exploité.

Un séminaire organisé par le Réseau œcuménique d’autonomisation de la femme panafricaine (ROAFP), projet du département de formation théologique œcuménique du Conseil œcuménique des Églises (COE) rattaché à l’Institut œcuménique de Bossey, contribuera à faire connaître ces témoignages ignorés. Vint-huit femmes représentant des Églises, des organisations d’inspiration religieuse ou de la société civile, des associations de panafricaines et des institutions de recherche, se réuniront à l’Institut, en Suisse, du 10 au 14 juillet prochain.

«Le Pèlerinage de justice et de paix dans lequel s’est embarqué le COE depuis son Assemblée en 2013 est l’occasion idéale d’apprendre les unes des autres et de cheminer ensemble dans la solidarité, a déclaré Amélé Ékué, responsable de programme au COE pour la formation théologique œcuménique et coorganisatrice de cette rencontre. Le séminaire offre ces deux facettes, en soulignant les contributions souvent sous-estimées des femmes panafricaines au sein de l’Église, de la société et des milieux universitaires partout dans le monde.»

Le séminaire se composera de sessions consacrées au point de vue des femmes panafricaines sur différents thèmes: action et résilience, blessures historiques et contemporaines, avancement des droits et partage de la solidarité, transformation et autonomisation. Certaines sessions seront retransmises en direct sur www.oikoumene.org/live.




       

© Worldinz 2015