Brexit: les patrons du secteur aérien tirent la sonnette d’alarme

Des dirigeants de compagnies aériennes et d’aéroports ont averti des conséquences négatives du Brexit sur le secteur aérien et le tourisme lors d’une audition en commission des transports.

Les compagnies aériennes devront prendre des décisions commerciales quant aux destinations de leurs vols bien en amont de l’échéance de mars 2019, ont averti les dirigeants de ces entreprises. Ils ont rappelé les bénéfices que le marché unique avait apportés en termes de possibilités de voyage, d’emploi et de croissance économique, et les flux importants de touristes entre le Royaume-Uni et les 27 pays de l’UE. Les passagers seront perdants et l’industrie du tourisme de l’UE à 27 devrait quant à elle perdre 21 milliards d’euros de recettes provenant du Royaume-Uni suite au Brexit, notamment à Malte, Chypre et au Portugal, ont-ils prévenu.

Ils ont souligné le besoin de certitude et ont déclaré que le secteur aérien devait être traité de façon prioritaire dans les négociations sur les relations futures entre l’UE et le Royaume-Uni, notamment car il n’existe pas de solution de repli, que d’autres secteurs peuvent trouver via des règles de l’OMC. Pas d’accord pourrait signifier la fin des vols entre le Royaume-Uni et l’UE à 27 immédiatement après le Brexit, a déclaré Michael O’Leary de Ryanair.

Les députés ont demandé aux PDG s’ils pensaient que le Royaume-Uni devait continuer à suivre les règles de l’UE en matière d’aviation suite au Brexit et s’il existait actuellement des accords avec des pays tiers qui pourraient faire office de modèle pour la relation future. Ils ont demandé s’ils préparaient des plans d’urgence au cas où les négociateurs ne parvenaient pas à un accord d’ici à l’échéance de mars 2019.




     

© Worldinz 2015