Négociations d’adhésion de la Turquie: les députés tirent la sonnette d’alarme

  • Recul de la Turquie en matière d’état de droit et de liberté des médias
  • Condamnation de la tentative de coup d’État, mais la réponse turque était disproportionnée, selon les députés
  • Suspension des négociations d’adhésion si les changements à la constitution proposés sont maintenus

 

Les négociations d’adhésion devraient être suspendues si les changements proposés à la constitution turque, contraires aux critères d’adhésion, sont adoptés, ont prévenu les députés jeudi.

Les députés sont préoccupés par le recul de l’état de droit, des droits de l’homme, de la liberté des médias et de la lutte contre la corruption. Ils condamnent le soutien répété du Président turc à la réintroduction de la peine de mort, ce qui remettrait en question l’adhésion de la Turquie au Conseil de l’Europe et pourrait entrainer la fin immédiate des négociations d’adhésion à l’UE.

Prenant acte de l’issue du référendum récemment organisé en Turquie et de l’élargissement des pouvoirs présidentiels, la résolution exhorte la Commission européenne et les gouvernements nationaux de l’UE à ‘‘suspendre de façon formelle et immédiate les négociations d’adhésion avec la Turquie si la réforme constitutionnelle est mis en œuvre telle quelle.’’

Les députés soulignent également dans leur évaluation annuelle des progrès de la Turquie en matière de réforme que 2016 aura été une année difficile pour le pays, notamment à cause de la guerre en Syrie, de l’afflux de réfugiés, d’une séries d’attentats haineux et de la tentative de coup d’État.

Ils condamnent cette tentative de coup d’État et expriment leur solidarité avec le peuple turc, tout en regrettant la réponse disproportionnée de la Turquie ayant conduit au licenciement à grande échelle de fonctionnaires, à la liquidation en masse des médias, à l’arrestation de journalistes, de juges et de militants des droits de l’homme, et à la fermeture d’écoles et d’universités.

La résolution reconnait par ailleurs l’importance des bonnes relations entre l’UE et la Turquie et du maintien d’un dialogue ouvert et constructif, essentiel pour faire face aux défis communs tels que la migration, la sécurité et le terrorisme. Les députés soutiennent une modernisation de l’union douanière entre l’UE et la Turquie tout en exigeant que les droits de l’homme et les libertés fondamentales soient inclus dans le nouvel accord.

La résolution a été adoptée par 477 voix pour, 64 contre et 97 abstentions. Le Parlement prévoie d'envoyer une délégation ad hoc à Ankara cet automne dans le but de renouer le dialogue parlementaire.

Citation

Kati Piri (S&D, NL), rapporteur du Parlement, a déclaré: ‘‘Ce Parlement s’exprime d’une seule et forte voix pour condamner le grave recul du gouvernement turc en termes de respect des normes démocratiques et pour continuer à soutenir la population turque. Ils sont des millions dans le pays à vouloir que l’UE demeure une locomotive en matière de réformes dans leur pays. Avec vous [le peuple turc], nous espérons que ‘‘Adalet’’ (la justice) sera prochainement de retour en Turquie.’’

À savoir

La procédure relative à la suspension des négociations d’adhésion à l’UE est décrite dans l’article 5 du cadre de négociation avec la Turquie. Celui-ci précise qu’‘‘en cas de violation grave et persistante par la Turquie des principes de liberté, de démocratie, d’état de droit, de respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, sur lesquels s’est bâtie l’Union, la Commission recommandera, à sa propre initiative ou à la demande d’un tiers des États membres, de suspendre les négociations et fixera les conditions pour leur éventuelle reprise.’’




     

© Worldinz 2015